• Vous vere des images de Phasmes
    Accueilun phasme feille

    Accueilun phasme qui fait 2,01 metre
    Accueilun phasme tres rarare
    Accueiltres beuax phasme
    c'est tout les images ques j'avoi en stok de j.s

    votre commentaire
  • BONGOUR A TOUS BIENVENU
    LE JEUDI, AVRILE 2010
    LES MONDE DES FASME
    S

    La reprodution des femmelle

    Les phasmes sont des insectes herbivores, plus précisément phytophages, se trouvant ainsi en bas de la chaîne alimentaire (on observe exceptionnellement des cas de cannibalisme en captivité en raison de la promiscuité des enceintes d'élevage). Leur principaux prédateurs sont des oiseaux, de petits mammifères (Lémuriens, certains rongeurs…), des insectes (Mantes religieuses, fourmis, punaises…), et des araignées.

    Pour survivre, ils se fondent dans leur environnement en imitant à la perfection des brindilles, des feuilles mortes ou vertes, voire des lichens. On parle dans ce cas d'homotypie et d'homochromie ("même forme, même couleur"). Ce camouflage est poussé jusque dans leur façon de se mouvoir, puisqu'ils se déplacent lentement, par à-coups, comme une branche ballottée par le vent. La plupart peuvent également rester parfaitement immobiles pendant des heures. Certaines espèces disposent en outre de moyens de défense, leurs glandes prothoraciques sécrétant alors diverses substances toxiques. Ceux-ci arborent parfois des couleurs aposématiques, ne se confondant pas dans l'environnement comme leurs cousins cités précédemment.
    Reproduction [modifier]

    Les phasmes pondent des œufs de manière régulière à partir du moment où ils sont au stade adulte, les femelles pondent en moyenne 2 à 3 œufs par jour (fortement variable selon les espèces). La reproduction peut être sexuée, mais peut également se faire par parthénogenèse thélytoque, sans fécondation, ne donnant naissance qu'à des femelles. Ainsi, pour certaines espèces, aucun mâle n'a encore été trouvé, son inexistence étant possible.

    Néanmoins, chez les phasmes rien n’est simple et hormis la reproduction sexuée classique et la parthénogenèse thélytoque , l’étude du groupe Bacillus (Scali et al 2003[1]) a montré l’existence de 3 modes reproductifs supplémentaires que sont l’androgenèse, (l’œuf ne contient que le génome mâle et on obtient des mâles et des femelles), la gynogenèse (pour ainsi dire quasiment l’inverse de l’androgenèse mais on n’obtient que des femelles) et l’hybridogenèse (mécanisme particulièrement complexe correspondant à des croisements naturels entre espèces proches).


    c'est cool dans avoir moi j'en ai 7
    DE J.S


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique